Grâce à une série d’ateliers organisés à l’automne, nous nous sommes concentrés sur la formation des enseignants des écoles maternelles publiques de Battambang à l’intégration des arts dans l’éducation des jeunes enfants.

Le premier atelier a eu lieu en septembre, lorsque nous avons accueilli des enseignants de maternelle de toutes les écoles publiques de Battambang pour un premier atelier sur l’intégration des arts dans le programme scolaire obligatoire. L’atelier était basé sur les méthodes que nous employons dans notre propre programme de maternelle, un programme qui accueille chaque année 170 élèves de 3 à 5 ans de la communauté environnante et qui est reconnu par le gouvernement local et la communauté pour son environnement d’apprentissage sûr et bienveillant et son programme artistique de qualité. Après avoir assisté aux ateliers, les participants ont compris, – comme l’a déclaré l’un d’entre eux – comment “l’intégration de l’art dans le programme scolaire peut aider les enfants à penser de manière plus souple, à acquérir rapidement des connaissances et à découvrir l’art khmer et leur patrimoine”.

Combiner les arts du cirque et la science. Photos : Stefano Morrone

Depuis septembre, Phang Nhary, responsable de l’éducation chez Phare, a visité les écoles participantes pour voir comment elles mettent en œuvre les arts dans leurs classes. En décembre, les enseignants sont revenus pour un atelier de suivi, participant à une table ronde avec les enseignants de Phare, notre spécialiste en éducation artistique et des représentants du ministère de l’éducation. Parmi les sujets abordés figuraient la manière d’intégrer pleinement les arts dans chaque matière enseignée en classe, la gestion de la classe à l’aide d’une discipline positive et la recherche de moyens d’utiliser la technologie lorsque les enseignants et les élèves ont un accès limité aux ressources financières et technologiques.

“La vision plus large de Phare est de réaliser réellement le pouvoir des arts dans l’offre d’une éducation intégrale et complète, ce qui est essentiel pour lutter contre les inégalités éducatives. L’éducation par les arts est connue pour aider les élèves issus de milieux à mobilité sociale stagnante et de communautés marginalisées à combler l’écart de réussite.” – Osman Khawaja, directeur exécutif

Le programme en arrière-plan : Comment nous faisons l’intégration des arts à Phare

Les méthodes que nous enseignons sont soutenues par la science (les recherches montrent que les arts à l’école améliorent les résultats des tests, augmentent le taux de réussite aux examens, réduisent les infractions à la discipline et améliorent la probabilité que les élèves aillent à l’université après l’obtention de leur diplôme), mais aussi par notre propre expérience : au cours des deux dernières années, notre école maternelle a pris des mesures importantes pour intégrer davantage les arts dans l’enseignement en classe.

Intégrer la science aux arts et au mouvement en créant des formes avec le corps. Photo : Stefano Morrone

“Ici, à Phare Ponleu Selpak, nous croyons fermement au pouvoir des arts pour changer les vies. Et la science est de notre côté ! De nombreuses études menées en Asie et dans le monde entier ont montré que les arts ont de multiples avantages pour l’éducation ; notamment de meilleurs résultats aux examens, un plus grand engagement civique, une capacité renforcée en mathématiques et en langues, une meilleure régulation émotionnelle et comportementale et une plus grande probabilité de faire des études supérieures et des carrières professionnelles.” – Maria Tate, spécialiste en éducation artistique

Nos enseignants ont été formés par des professeurs d’art locaux et internationaux à différentes formes d’art, notamment le théâtre, la musique, le dessin, le cirque basique et la danse, ce qui leur donne la confiance et la créativité nécessaires pour intégrer les arts dans leurs plans de cours. Par exemple, enseigner le cycle de la vie à l’aide de la danse et des gestes khmers, utiliser des balles de jonglage pour expliquer la gravité et améliorer les capacités motrices grâce aux acrobaties. Ou encore, chanter des chansons traditionnelles cambodgiennes pour enfants afin d’apprendre le bon sam peah, faire l’expérience des cinq sens avec des instruments khmers traditionnels et trouver des solutions à la pollution plastique en fabriquant des vêtements à partir de plastique lavé et réutilisé.

“Nous veillons à ce que les éléments de l’art khmer soient également utilisés pour faire apprécier aux élèves leur propre culture.” – Prang Nhary, responsable de l’éducation

Les élèves peuvent apprendre le cycle de vie d’une plante à travers les mouvements de main de la danse traditionnelle khmère. Photo : Stefano Morrone

Ces ateliers s’inscrivent dans le cadre de notre vision plus large de l’Éducation PAR les Arts, un projet en cours visant à réimaginer l’éducation publique, qui continuera à se développer en 2023.

Cette formation a été rendue possible grâce à une subvention de Teachers Across Borders, une organisation australienne basée sur le volontariat, qui soutient depuis plusieurs années le renforcement des capacités des écoles publiques de Battambang.