Les arts de rue s’invitent sur le campus, avec Fin DAC

Anaphyaba – Gardienne, Mère, Protectrice en Khmer – veille sur notre campus et nos étudiants

Pour la première fois, Battambang a été le théâtre d’un événement d’arts urbains, S’Art Urban Art Event, qui a eu lieu sur le campus de Phare Ponleu Selpak du 5 au 11 novembre 2018.

Fin DAC, artiste de renommée internationale, est resté une semaine avec nous afin de réaliser une peinture murale monumentale sur notre bâtiment de cirque, représentant une danseuse Apsara.

Les artistes français et argentins Marlène d’Angelo, Arthur Serfaty et Martin Privateira (alias ROMA) ont également participé à cette semaine dédiée aux arts urbains à travers des ateliers de hip hop, de graffiti, de peinture murale, de confection de pochoirs et de face painting en collaboration avec nos professeurs, étudiants, diplômés et membres des communautés alentours.

Le dimanche 11 novembre, cette semaine d’ateliers et de collaborations a culminé avec un événement gratuit et ouvert à tous révélant la peinture murale de Fin DAC avec un spectacle mêlant danse traditionnelle et hip-hop, cirque, live painting, face painting et diverses activités autour des arts urbains pour les grands et les petits.

Au nom de tous à Phare Ponleu Selpak, un immense merci à Nat et Terry de Tribe Urban Art Gallery (Siem Reap) pour leur soutien et leur collaboration. En contactant, invitant et finançant la venue de Fin DAC à Battambang, ils ont permis à ce festival de prendre une dimension internationale. Fin DAC a également décidé de reverser tous les bénéfices tirés des impressions sur toile de son œuvre à Phare Ponleu Selpak, afin de financer des bourses scolaires destinés à nos étudiants de l’École des Arts Visuels et Appliqués.

FIN DAC

Fin DAC – Finbarr Notte – est né à Cork (Irlande), mais vit et travaille à Londres> C’est en 2008 qu’il commence sa carrière d’artiste urbain. DAC est l’acronyme de Dragon Armoury Creative. La combinaison de techniques de portrait traditionnel et d’utilisation de pochoirs bouscule les conventions de l’art de rue. Ainsi, il utilise des pochoirs afin de tracer les lignes fondatrices, comme un peintre pourrait utiliser une photographie afin comme inspiration à une peinture sur toile. Après avoir trace les contours, il effectue le remplissage à la main, au pinceau ou à la bombe.  Cette technique donne à ses peintures une apparence extraordinaire et des ombres plus spectaculaires.

Les femmes qu’il peint sont de vrais modèles, qu’il rencontre lors de diverses occasions. Dans ses peintures, leur beauté tient également à leur tenues ethniques, leur maquillage original et leurs bijoux, telle une ode à la diversité. Elles viennent de pays divers, sont caucasiennes, africaines ou asiatiques, ont des styles radicalement différents, et tout ce qu’elles représentent jouent un rôle majeur dans le parcours artistique de Fin DAC. La seule chose dont il garde le secret est la signification du masque que revêtent toutes les femmes sur ses peintures.

https://www.instagram.com/findac/
http://findac.tumblr.com/

Nos autres artistes urbains internationaux:

Marlène D’Angelo : https://www.instagram.com/m_dangeloo/
Arthur Serfaty : https://www.instagram.com/arthurserfaty/
Martin Privateira (ROMA) : www.flickr.com/rojoroma